I. Une décision historique du Synode 2007 de Sochaux-Montbéliard

« A l’annonce du résultat des votes, le cantique A Toi la Gloire fut entonné spontanément et avec émotion … »

En mai 2007, les synodes nationaux conjoints de L’Eglise Evangélique Luthérienne de France et de l’Eglise Réformée de France décident d’entrer dans un processus d’Union de leurs deux Eglises en 2013 au plus tard.

• (…) « Décident de mettre à l’étude dans les Eglises locales, les paroisses, les consistoires et les Synodes régionaux le projet de nouvelle Union nationale organisée en régions confessionnelles, les unes luthériennes, les autres réformées, et disposant d’instances nationales uniques (Synode « national/général », Comité directeur, Commission des Ministères, Commissions synodales...) où l’on veillera à respecter les sensibilités de chacun des partenaires ». 

• Encouragent toutes les initiatives et en particulier toutes rencontres, qui, pendant ce temps d’étude et de débats, permettront une meilleure connaissance réciproque des deux Eglises aux niveaux local, régional et national (…) ».

Désormais, la décision institutionnelle étant prise, c’est aux Eglises locales et aux synodes régionaux de cheminer ensemble vers l’Union… Un défi passionnant dont nous les invitons à venir régulièrement vous informer sur ce site.

A. Les textes synodaux in extenso

Le Dossier synodal présenté aux délégués. « (…) en premier lieu, l'unité que nous recherchons veut s'inscrire dans la fidélité à la vocation que Jésus-Christ adresse à son Eglise. C'est pour mieux annoncer l'Evangile que nous désirons partager nos richesses spirituelles et mettre en commun les dons que nous avons reçus. Si nous osons cet acte, paisiblement et joyeusement, notre témoignage pourrait bien en être profondément renouvelé (…) »

Le texte intégral voté par les délégués

B. Explications de textes…

- L’interview du pasteur Gilles Pivot, acteur et témoin privilégié des « préparatifs aux fiançailles ».

- Approches luthéro-réformées : Quel modèle d'unité ? Par François Clavairoly, ancien président de la CPLR.

- D'un processus institutionnel à une vision d’Eglise d’avenir par François Clavairoly

C. Les dernières étapes avant le synode 2007 

Le Vœu n° 2  : en 2003, Le synode général de l'Église évangélique luthérienne de France, réuni à Bourg-la-Reine, demandait « au Conseil Exécutif et aux deux Conseils synodaux d'encourager toute forme de rapprochement et de collaboration avec l'Église réformée de France tant au plan local ou régional que national ».

La Décision n° 34 : en 2001, le Synode national de l’Eglise Réformée de France, réuni à Soissons, recevait « les initiatives locales et régionales (motion de l'Assemblée générale de la paroisse de Bourg la Reine, réalité Région ERF – Est / Inspection de Montbéliard...) comme l'expression d'une attente des fidèles de nos Eglises d'une mise en commun de nos forces et de nos richesses respectives (…) ».